Langue :

  • Français
  • English

Accueil > Actualités > Cité des Sciences

Publicités

Cité des Sciences

Cité des Sciences : Sciences Actualités - Brèves

Des chercheurs de l'Université de Californie à San Diego ont mis au point une technique qui permet de marquer spécifiquement les nerfs périphériques à l'aide d'un peptide fluorescent. Cette illumination dure 6 à 8 heures. Testé chez la souris et dans des tissus humains in vitro, ce protocole doit désormais être appliqué à des patients devant être opérés. L'objectif est en effet d'éviter le risque de section accidentelle des nerfs lors de certaines interventions chirurgicales.


Alors que des géochimistes tentaient de reproduire au laboratoire les fluides hydrothermaux de la croûte terrestre, ils sont tombés sur une troisième forme de soufre : l'ion S3-. Jusqu'à présent, on pensait que seuls les sulfures et les sulfates étaient présents dans ces fluides ; la découverte de l'ion S3- suggère que le soufre est beaucoup plus mobile dans les fluides hydrothermaux et pourrait ainsi participer au transport de certains métaux.


5 vote(s) :

Etats-Unis : L'ibis troublé par le mercure...

Publié le vendredi 3 décembre 2010 à 00:00 sur Cité des Sciences

Des chercheurs américains viennent de découvrir que la consommation de mercure peut perturber la sexualité de l'ibis, un oiseau échassier. Pendant trois ans, l'équipe a ajouté de très petites doses de mercure à la nourriture de 160 oisillons en captivité, dont autant de mâles que de femelles. Résultat : les mâles dont le taux de mercure était le plus élevé se reproduisaient moins, faisaient moins de parades amoureuses, et adoptaient des comportements homosexuels.


Le composant principal des cellules épidermiques de tomate est un biopolyester de lipide appelé « cutine », dont les propriétés hydrophobes protègent les fruits. Des ingénieurs espagnols ont eu l'idée d'utiliser ce produit biocompatible, biodégradable et non toxique pour en faire des emballages destinés aux aliments et aux produits de santé. Pour ce faire, ils ont récupé les résidus des conserveries, abondants et économiques.


3 vote(s) :

Etats-Unis : La mangeuse d'arsenic

Publié le jeudi 2 décembre 2010 à 00:00 sur Cité des Sciences

Une bactérie capable d'utiliser l'arsenic pour vivre et grandir, voilà ce qu'ont découvert des chercheurs américains dans un lac à la fois riche en sel et en arsenic de l'est de la Californie. Nommée Halomonadaceae, cette bactérie est capable de remplacer le phosphore, un élément pourtant essentiel à la vie, par son analogue chimique : l'arsenic. La substitution a lieu dans toutes les molécules produites par l'organisme, y compris l'ADN.


En mettant au point un système de récupération de l'eau froide qui coule à perte des conduites d'eau chaude avant qu'elle ne soit à la bonne température, Said Moukafih et son équipe de chercheurs de l'université de Castille-La Manche espèrent faire économiser quelque 250 millions de litres d'eau potable par jour à l'Espagne, voire des milliards à l'Europe. Il s'agit d'un nouveau robinet et d'une petite pompe à ajouter au chauffe-eau, simples à installer et peu onéreux.


< Préc 1 ... 6 7 8 9 10 11 12 ... 255 Suiv >

(1528 news)